Le point sante : prendre soin de soi

En aucun cas il ne peut exister un discours sur la sexualité qui ne prendrait en compte l'aspect santé de cette dernière. Si le bien-être est un des topos de ce site, cela passe aussi par le respect du corps. Je vais donc consacrer un temps tout particulier à cette rubrique afin de prévenir des risques que peuvent impliquer les relations physiques. L'objectif est que chacune puisse vivre sa sexualité en toute quiétude.

 

Si le sujet qui nous intéresse ici est la fellation, je prendrai la liberté de m'aventurer sur tous les chemins qui mènent à Rome. Car pour bien comprendre, mieux vaut une peinture globale de la situation.

Avant tout, il faut bien conserver en tête que la sexualité est un lieu de plaisir et de partage et que respecter son propre corps c'est aussi respecter l'Autre. En aucun cas vous ne pouvez permettre que quelqu'un maltraite votre corps ou vous impose quelque chose que vous ne désirez pas. Mais il en va de même dans la réciprocité.

Le depistage

 

En premier lieu, il est nécessaire, même si cela est effrayant de faire un test de dépistage des maladies sexuellement transmissibles les plus courantes afin d'être au clair avec notre corps et notre santé personnelle. Pour cela, vous pouvez demander une ordonnance à votre médecin traitant afin de vous rendre dans un laboratoire d'analyses ou aller directement au planning familial pour plus de discrétion.

Il est recommandé de faire un premier test même si vous n'avez jamais pris de risque, vous serez ainsi certaine de votre état et pourrez agir en conséquence. S'il vous est arrivé de faire des bêtises, ne paniquez pas, mais prenez tout de même la situation en considération. Vous pouvez aller demander conseil à votre médecin, pharmacien ou encore une fois au planning familial.

 

Néanmoins, je voudrais insister lourdement sur les conséquences de vos actes. Lorsque vous vous retrouvez seule avec un homme, c'est à vous de prévoir qu'il faudra vous protéger. D'une part car nous n'allons pas attendre que les mâles fassent tout à notre place, et d'autre part car vous et vous seule êtes maîtresse ET responsable de votre corps.

Votre corps est vous-même, c'est avant tout un outil mais il vous constitue matériellement. Si vous n'en prenez pas soin, il va s’abîmer, se détériorer, et ce n'est pas un Iphone... Vous ne pourrez pas en changer.

Alors la prochaine fois que vous déciderez de faire l'amour sans préservatif sans avoir eu sous les yeux les tests de votre compagnon et de vous-même, pensez bien à cette petite phrase que vous êtes en train de lire et dites vous qu'il est tout à fait possible que l'autre ait une quelconque infection sexuellement transmissible. Si vous aimez jouer à la roulette russe, n'oubliez tout de même pas qu'ici ce n'est plus une fiction et qu'il restera toujours une balle dans le barillet.

 

En toute sincérité, cela ne vous coûte rien qu'une grande frayeur d'aller faire votre test, et croyez-moi, cette inquiétude de quelques jours suffira à vous faire prendre en compte la réalité du danger. Il ne s'agit plus maintenant de prendre la chose à la légère, vous êtes responsables de vous-même et du risque que vous faites prendre à l'autre.

Imaginer une seconde l'épreuve que vivent ceux qui doivent un jour téléphoner à leur(s) partenaire(s) pour leur annoncer qu'ils ont attrapé un sale virus et que durant cette nuit d'échange et de complicité, ils le leur ont peut-être donné. C'est un peu dommage de clore un beau moment par un tel dénouement.

Alors, j'espère que vous avez déjà saisi votre téléphone pour prendre RDV avec votre médecin. Si vous savez que vous avez pris des risques, rien ne sert de se lamenter, il faut agir, et le plus rapidement possible.

 

Les protections

 

Que vous preniez la pilule, que vous ayez un stérilet, un implant ou tout autre moyen de contraception, un seul mot d'ordre : le préservatif. Tant que vous n'êtes pas en couple fixe et sûr depuis plus de trois mois et que vous n'avez pas fait les tests avec votre compagnon, aucune excuse pour passer outre la capote.

Le problème ici n'est pas de se protéger des bébés, la plupart des femmes prennent déjà cette initiative, mais d'éviter de transformer un bel instant de romance en cauchemar.

 

Alors, certes aujourd'hui on peut vivre avec le sida, mais pas la peine de demander aux concernés pour savoir que si on peut l'éviter, c'est quand même mieux. J'insiste tout particulièrement pour les jeunes filles dont la sexualité débute et pour les mamans qui ont récemment changé de partenaire après une longue vie commune et qui n'ont peut-être pas le réflexe aussi évident.

Le VIH, l'hépatite, les mycoses etc. ne sont pas des maladies d'une jeunesse débridée et saoule de débauche. Cela touche tous les humains et donc toutes les couches de la population. Prenez bien soin de votre corps car vous n'en avez qu'un et il est précieux.

 

Il n'est pas nécessaire d'épiloguer sur les différents types de maladies sexuellement transmissibles, milles sites les répertorient déjà, si vous voulez plus de renseignements sur le sujet et sur les différents types de contraception, une bonne adresse : celle du planning.

 

La capote de securite

Alors, mesdames, mesdemoiselles et mesdames, achetez des capotes. A la pharmacie, en grande surface, sur internet etc. si vous êtes gênées, ébranlez vous, car lorsque vous vous serez lancée une fois, vous constaterez bien vite que ce geste est naturel et qu'il ne dénote que d'une chose : vous prenez soin de votre santé, et cela est très sain. Personne ne sourit lorsque vous achetez une écharpe et un bonnet ? Et bien là c'est pareil, des p'tits bonnets à usage unique !

 

Euh... je tiens à préciser que la mention usage unique n'est pas là pour faire jolie. Lorsque l'on a utilisé un préservatif, on le jette. Lorsque vous l'enlevez pour laisser respirer Popol : poubelle, un nouveau. Lorsque vous avez terminé un rapport : poubelle, un nouveau. Lorsque vous passez par la porte de service pour vous adonner à de nouvelles sensations et que vous voulez repassé par devant : poubelle, un nouveau. Si vous avez des relations avec plusieurs partenaires en même temps, à chaque changement : poubelle, un nouveau.

Même si votre sexualité est plus sage que celle des dernières lignes, ne lésinez pas sur la quantité de préservatifs à conserver sous la main. Cela représente un certain budget, je vous l'accorde, mais si quelque chose n'a pas de prix, c'est bien la santé.

Si vous savez que vous allez avoir un rapport sexuel, ne prévoyez pas un mais au moins deux ou trois préservatifs. On est jamais trop prudent et cela laisse une plus grande liberté d'action lorsque l'on sait que l'on est large.

 

Si la quantité est importante, la qualité ne l'est pas moins. Proscrivez absolument tout ce qui n'est pas de marque. Durex et Manix possèdent peut-être l'hégémonie commerciale mais pas la peine de se la jouer altermondialiste ou anticapitaliste dans ce cas présent. Ils garantissent une qualité dont on ne peut se passer, ils proposent une gamme suffisamment étendue pour que chacun trouve son bonheur. Capotes qui craquent, kikis tout serrés, les inconvénients des non-marques sont trop désavantageux pour les utiliser.

Laissez tomber, à bannir totalement.

 

Le préservatif n'est pas un désagrément de la sexualité, ce n'est pas un obstacle au plaisir. Bien au contraire, c'est un compagnon essentiel qui vous fera vous sentir bien dans votre peau et vous permettra de vous libérer absolument sans penser au stress des risques de la sexualité.

Les fabricants offrent aujourd'hui un tel panel de produits qu'il devient ludique de les essayer tous, de les tester et de devenir experte en la matière. A chaque ami son petit chapeau, et c'est à vous femmes modernes et fashionitas, de lui trouver le petit costume qui lui sierra le mieux. Cela doit devenir un jeu, une complicité.

C'est même un atout car le préservatif allonge toujours un peu plus les préliminaires et empêche le mâle de se jeter sur sa proie sans avoir pris le temps de la cajoler. Le moment piquant et émoustillant où l'on glisse le forcené dans sa camisole ne saurait être remplacé par aucun autre. Aujourd'hui le préservatif est un objet commun, mais qui recèle une symbolique coquinette avec laquelle il faut s'amuser.

 

Si vous êtes curieuse d'en savoir plus sur les capotes, je vous suggère d'aller jeter un œil sur le site Condozone qui vous guidera dans vos choix et votre découverte. Vous comprendrez bien vite que le préservatif est un accessoire ludique, grivois, et indispensable à toute sexualité.

La pipe en particulier

 

Maintenant que vous êtes expertes en la matière, parlons de la fellation. Car faut-il ou non utiliser un préservation lors de la pratique de la fellation ?

 

Pour toute pratique sexuelle avec pénétration il est conseillé d'utiliser un préservatif. La fellation ne déroge donc pas à cette règle. Toutefois, le risque de contamination est infime et requiert des conditions très particulières.

Pour attraper le VIH lors d'une fellation, il faut être donneur (faire la fellation) et avoir une plaie ou une infection dans la bouche. Si vous faites une pipe à un homme contaminé sans le savoir et que votre bouche est saine, vous avez 1 chance sur 10 000 de l'attraper. Ce rapport est très faible, mais il empêche d'affirmer que le risque est de zéro.

Je ne me permettrais donc de vous donner de conseil puisque je ne suis pas médecin, c'est à vous de vous faire votre idée, renseignez vous sur les sites d'informations comme Sida Info Service ou interrogez votre médecin traitant.

L'hygiene

 

N'oubliez pas non plus qu'il existe une foule d'infections sexuellement transmissibles, il y en a pour tous les goûts. La plupart sont anodines et se soignent sans problème, mais leur existence implique un respect de son corps et une hygiène irréprochable. Outre le fait évident de prendre une douche par jour, de changer de sous-vêtements, il ne faut pas négliger de se laver les mains avant chaque rapport, de changer de préservatif, de nettoyer les jouets si vous en utilisez, de ne pas vous laisser caresser dans un environnement malpropre ou avec des mains sales, et bien sûr de prendre les devants en se faisant dépister et en prenant la responsabilité de sa protection. Par contre ne vous lavez pas les dents après une fellation car le brossage peut favoriser les petites lésions des gencives et le saignement qui est une condition favorable à la transmission d'infections.

 

 

Voilà, ce point santé n'était pas des plus joyeux, mais il apparaissait comme primordial d'insister sur ce qui est finalement assez méconnu. Amusez-vous, libérez-vous mais n'oubliez pas de prendre soin de vous et de votre corps. Car si l'on exige des hommes qu'ils nous respectent, cela doit déjà passer par notre propre comportement.

 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser, j'y répondrai dans la mesure de mes connaissances, sinon n'attendez pas pour consulter votre médecin.

a lire aussi

article precedent

article suivant

nouvel article

question theorique

esprit  pratique

me contacter

Un jour, M. Syntax_Error est venu rendre visite à Ceci n'est pas une pipe ! Et il a laissé sur son passage tout un tas de merveilleux zizis à collectionner !

Des zizis attendrissants à croquer au fil des articles pour se régaler à chaque page !

N'hésitez pas à faire un petit tour sur son FB pour découvrir le talent de cet illustrateur au coup de crayon tendre et drôlissime !

les illustrations

Une pour toutes
et toutes pour pipe !

Ceci n'est pas une pipe s'engage pour les plus démunies. Par un soutien sans faille et des leçons appliquées. Nous vaincrons ensemble la pénurie de la pipe !

Pour l'honneur et la patrie !